2014 chaud… 2015 très chaud… 2016 très très chaud…

2014 a surclassé les anciens records de température moyenne de la planète, 2015 a écrasé ce record et 2016 commence encore bien plus fort… Avec + 1,15°C par rapport à la moyenne du XXème siècle selon l’agence américaine NOAA, le premier trimestre de l’année dépasse de 0,28°C le record des trois premiers mois de l’an passé… Presque trois dixièmes de degré en plus. En 1998, “année record” du XXème siècle, la température moyenne de janvier-février-mars était plus fraîche de 0,45°C autour du globe, et de 0,95°C à la surface des terres !

Anomalies de température par rapport à la moyenne du XXème siècle pour les périodes de janvier à mars depuis 1950. 2016 apparaît très largement au dessus des précédents records, y compris 2015. Doc. NOAA

Anomalies de température par rapport à la moyenne du XXème siècle pour les périodes de janvier à mars depuis 1950. 2016 apparaît très largement au dessus des précédents records, y compris celui de 2015. Doc. NOAA

L’agence américaine NOAA (National Oceanic and Admospheric Administration) confirme le constat du Goddard Institute For Space Studies (GISS) de la NASA: même s’il a fait plus frais en France (-0,8°C par rapport à la moyenne 1981-2010), le mois de mars est un nouveau mois record pour la température moyenne mondiale. Selon NOAA, il a été plus chaud de 1,22°c par rapport à la moyenne des mois de mars du XXème siècle. Il éclipse le précédent mois de mars record (mars 2015) de 0,32°C.

Du jamais vu dans l’histoire des relevés des températures

1,22°C, c’est même le plus grand écart à la moyenne jamais enregistré par cette agence américaine. Le précédent “écart record” avait été établi en février (+1,21°C) et “les neuf plus grands écarts à la moyenne ont tous été répertoriés au cours des neuf derniers mois”, remarque NOAA. Mars 2016 est également le 11ème mois consécutif qui bat son record de température moyenne. Du jamais vu dans l’histoire des relevés des températures.

NOAA précise également qu’à la surface des terres, mars a été plus chaud de 2,33°C par rapport à la moyenne du XXème siècle. Le précédent record datait de 2008 et il a été dépassé de 0,43°C. Dans l’hémisphère nord, l’anomalie de température à la surface des continents grimpe même à +2,72°C. On répète: +2,72°C.

Record également à la surface des mers avec +0,81°C par rapport à la moyenne du XXème siècle. Datant de 2015, le précédent record est battu de 0,18°C. C‘est le 6ème plus grand écart à la moyenne pour la température à la surface des océans, les sept plus grands écarts ayant tous été enregistrés ces sept derniers mois, toujours selon NOAA.

Hémisphère nord: un hiver à + 2,35°C à la surface des terres

Ainsi, si 2015 a été une année record, bien plus chaude que les années les plus chaudes précédemment enregistrées, 2016 commence largement plus fort: avec une température moyenne de 13,45°C et un écart à la moyenne du XXème siècle de 1,15°C, les trois premiers mois de l’année surpassent de 0,28°C les trois premiers mois de 2015. Par comparaison, la température à la surface de la Terre a augmenté en moyenne de 0,16°C par décennie depuis 1970, comme l’estimait NOAA début 2015.

1,15°C, c’est également le plus grand écart à la moyenne jamais enregistré par NOAA pour un trimestre. Depuis le trimestre juillet-septembre 2015, ce record d’écart à la moyenne a été systématiquement battu pendant sept mois. A la surface des terres, la barre de + 2°C est largement franchie: +2,05°C par rapport à la moyenne du XXème siècle, ce qui écrase de 0,47°C le précédent record de 2015. Depuis le début de l’année, il a globalement fait plus chaud que la moyenne du XXème siècle à la surface de quasiment toutes les terres du globe.

Dans l’hémisphère nord, où l’on trouve la plus grande partie des continents, l’anomalie de température de cet hiver à la surface des terres a même atteint + 2,35°C par rapport à la moyenne du XXème siècle. Ce à quoi il convient de rajouter encore quelques dixièmes de degré si l’on veut comparer cette température moyenne à l’époque préindustrielle, époque qui sert de point de départ dans l’objectif de limiter le réchauffement global à + 2°C….

Qui dit encore que la température moyenne a tendance à ce stabiliser depuis 1998 ?

Chaleur moyenne record également à la surface des océans pour ce premier trimestre 2016: +0,82°C par rapport à la moyenne du XXème siècle. Le précédent record, qui datait de 2010, est battu de 0,21°C.

En faisant la moyenne des données de NOAA et de la NASA, les scientifiques et statisticiens de l’organisme Climate Central estiment que le premier trimestre 2016 a été plus chaud de 1,48°C par rapport à la moyenne de température 1881-1910: +1,4°C pour janvier, +1,55°C pour février, +1,5°C pour mars.

La faute à El Nino tout ça ? Pas seulement: en 1998, lors du dernier phénomène El Nino comparable à celui de cette année, les trois premiers mois de l’année avaient été plus frais de 0,45°C, toujours selon NOAA. Et à la surface des terres -là où l’on trouve les êtres humains faut-il le préciser- ces trois premiers mois de l’année avaient été plus frais de 0,95°C ! Il est vrai que depuis 1998 on a émis dans l’atmosphère, avec la combustion du charbon, du pétrole et du gaz, environ 550 milliards de tonnes de CO2 de plus

Qui dit encore que la température moyenne de la planète a tendance à se stabiliser depuis l’année « record” 1998 ?

Une réflexion au sujet de « 2014 chaud… 2015 très chaud… 2016 très très chaud… »

  1. Ping : 2014 chaud 2015 très chaud 2016 très très chaud – Enjeux énergies et environnement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *