Avec 2015, nous entrons dans un monde à +1°C

Ce n’est malheureusement pas une surprise: octobre est le sixième mois consécutif de l’année à battre clairement son record de température. Et cela doit encore durer avec le phénomène El Nino, boostant le réchauffement de la planète et maintenant capable de multiplier les désastres dans différentes régions du monde: inondations, coulées de boue, sécheresses, incendies, chutes de productions alimentaires, crises… Bienvenue dans un monde à +1°C !

Anomalies de température entre la période janvier-octobre 1880 et janvier-octobre 2015, selon l'agence américaine NOAA. Doc. NOAA.

Anomalies de température entre la période janvier-octobre 1880 et janvier-octobre 2015, selon l’agence américaine NOAA. Doc. NOAA.

Les jeux sont faits, rien ne va plus… Alors qu’autour de la COP21 (1) on rêve de limiter le réchauffement global de la planète à +2°C, El NIno apporte la mauvaise nouvelle au monde réel: ses capacités à booster la chaudière terrestre place l’année 2015 à un niveau de réchauffement de l’ordre de + 1°C par rapport à l’époque préindustrielle. Le compte à rebours du deuxième degré commence donc déjà.

Jusqu’alors huit mois de l’année 2015 ont battu leur précédent record

Sixième mois consécutif battant son record de température, selon l’agence américaine National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), le mois d’octobre le confirme: il a été plus chaud de 0,98°C par rapport à la moyenne du XXème siècle d’après NOAA, et de +1,17°C par rapport à 1880, date à laquelle a commencé ce genre de relevés. Ces données font écho à celles du centre GISS (Goddard Institute for Space Studies de la NASA) qui estime qu’octobre a été plus chaud de 1,04°C par rapport à la moyenne 1951-1980.

Lors de son dernier rapport, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a estimé que le réchauffement entre 1880 et 2012 a été de 0,85°C. 2015 affiche pour l’instant une anomalie supérieure à +0,15°C par rapport à toutes les années qui l’ont précédée sauf 2014 (+0,13°C) et 2010 (+0,15°C). 0,85 + 0,15 = 1. CQFD.

La période janvier-octobre est elle-même plus chaude de 0,86°C par rapport à la moyenne du XXème siècle et de 0,98°C par rapport à 1880, selon NOAA, ce qui constitue également un record. Le précédent record avait été établi l’an passé avec +0,73°C par rapport à la moyenne du XXeme siècle. Jusqu’alors huit mois de l’année 2015 ont battu leur précédent record tandis que janvier et avril ont respectivement été les 2ème et 3ème les plus chauds de leurs catégories.

La puissance d’El Nino a atteint en moyenne hebdomadaire + 3 °C à la mi-novembre, le stade intense étant à +2°C

Les records sont battus dans toutes les catégories pour ces dix premiers mois 2015: +1,28°C à la surface des terres, +0,71°C à la surface des océans, +1,04°C dans l’hémisphère nord, + 0,68°C dans l’hémisphère sud, +1,38°C à la surface des terres de l’hémisphère nord, +1,02°C à la surface des terres de l’hémisphère sud, +0,84°C à la surface des océans de l’hémisphère nord, + 0,62°C à la surface des océans de l’hémisphère sud.

Cette situation devrait même encore se renforcer en novembre et décembre étant donné que le phénomène El Nino poursuit toujours sa montée en force, NOAA prévoyant son pic de puissance pendant l’hiver de l’hémisphère nord. La puissance d’El Nino est évaluée selon l’écart à la moyenne de la température de surface de l’Océan Pacifique tropical dans sa partie centrale. Elle a atteint en moyenne hebdomadaire + 3 °C à la mi-novembre, et en moyenne trimestriel +1,7°C pour la période août – septembre – octobre. Le stade intense est à +2°C (stade fort à +1,5°C, stade modéré à +1°C, stade faible à +0,5°C).

Historique du phénomène El Nino depuis 1990. La montée en puissance d'El Nino 2015-2016 doit se poursuivre jusquà cet hiver selon NOAA. Doc. NOAA

Historique du phénomène El Nino depuis 1990. La montée en puissance d’El Nino 2015-2016 doit se poursuivre jusqu’à cet hiver selon NOAA. Doc. NOAA

En termes de désastres, la sécheresse prolongée en Amérique centrale, les coulées de boue d’octobre en Californie ou encore la force des incendies géants de cette automne en Indonésie, sont quelques exemples des désastres que ce phénomène peut provoquer ou aggraver. De manière générale, avec cet El Nino, il faut s’attendre à des pluies diluviennes, inondations et glissements de terrain sur le Pacifique Est, à des sécheresses et incendies sur le Pacifique Ouest (Australie, Indonésie, Asie du Sud), à un affaiblissement de la mousson en Inde, au blanchiment des coraux, à l’effondrement de l’activité des pêcheries de l’Equateur, du Pérou et du Chili, à la spéculation sur le prix de produits agricoles de la zone tropicale: cacao, café, canne à sucre, huile de palme…

(1) 21ème Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques, qui a officiellement pour objectif de parvenir à un accord universel capable de placer l’humanité sur la trajectoire d’une limitation du réchauffement global de la planète à +2°C.

2 réflexions au sujet de « Avec 2015, nous entrons dans un monde à +1°C »

  1. Ping : COP21: l’Accord de Paris entre dans l’histoire climatique, mais… | Enjeux énergies et environnement

  2. Ping : Novembre, 9ème mois de l’année à battre son record de température | Dr Pétrole & Mr Carbone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *