Nouveaux records de concentration de CO2: la barre des 410 ppm franchie à Mauna Loa

Alors qu’il convient de ne pas dépasser la concentration atmosphérique de 450 ppm de CO2 en 2100 pour conserver une chance sur deux de limiter le réchauffement planétaire à +2°C, les 410 ppm ont été pour la première fois dépassés pendant ce printemps à la station Mauna Loa, à Hawaï, seulement quatre ans après les 400 ppm. A cette vitesse, les 450 ppm seront en vue vers 2030.

Evolution de la concentration de CO2 à l’observatoire de Mauna Loa, à Hawaï, entre mai 2016 et mai 2017, en moyenne journalière (points), en moyenne hebdomadaire (tirets de couleur rouge), et en moyenne mensuelle (tirets de couleur bleu). Doc. NOAA

La concentration atmosphérique de dioxyde de carbone (CO2) a atteint de nouveaux records journalier, hebdomadaire et mensuel pendant le mois de mai à la station d’observation de Mauna Loa, à Hawaï, qui fait référence en la matière.

410,36 ppm pour la semaine du 14 mai

En moyenne journalière, cette concentration a franchi pour la première fois depuis le début de l’histoire de l’humanité la barre de 410 parties par million (ppm) dès le 20 avril avec 410,28 ppm. Il aura donc fallu à peine quatre ans pour passer de 400 à 410 ppm, le seuil des 400 ppm ayant été dépassé pour la première fois le 9 mai 2013, dans l’observatoire américain.

Ce record 2017 temporaire a été dépassé le 5 mai avec 410,52 ppm, puis encore le 14 mai avec 410,58 ppm. La concentration moyenne relevée pendant la semaine de ce 14 mai a elle même atteint 410,36 ppm. Les records journalier et hebdomadaire de 2016 étaient respectivement de 409,44 ppm (concentration du 9 avril 2016) et de 408,69 ppm (concentration de la semaine du 10 avril 2016).

Au final, la moyenne enregistrée durant tout le mois de mai a été évaluée à 409,65 ppm, ce qui constitue là encore un record (407,70 ppm en 2016, concentration moyenne du mois d’avril). La barre des 410 ppm devrait être franchie en moyenne mensuelle dès avril ou mai 2018. En effet, la concentration atmosphérique de CO2 progresse selon une courbe sinusoïdale qui atteint chaque année un maximum au printemps et un minimum à l’automne (en fonction du CO2 pompé par les écosystèmes terrestres de l’hémisphère nord, les plus nombreux), avec actuellement une augmentation moyenne de 2 à 3 ppm par an.

Une telle concentration de CO2 n’est déjà plus compatible avec l’objectif de limiter le réchauffement planétaire à +1,5°C

En données corrigées des variations saisonnières, la concentration atmosphérique de CO2 a atteint en mai 406,31 ppm à Mauna Loa et devrait franchir la barre des 410 ppm avant 2020. Elle était en mai 2016 de 404,37 ppm.

Une telle concentration de CO2 n’est déjà plus compatible avec l’objectif de limiter le réchauffement planétaire à +1,5°C, objectif pourtant encore mis en valeur lors de l’Accord universel de Paris sur le climat, en décembre 2015. En effet, selon les travaux du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC), il ne faut pas dépasser la concentration de 350 à 400 ppm de CO2 en 2100 si l’on veut conserver une petite chance de rester sous cette barre de +1,5°C.

La hausse de la concentration atmosphérique du CO2 possède une inertie immense.

Quant à l’objectif de limiter le réchauffement planétaire à + 2°C, il nécessite, toujours selon les travaux du GIEC, que l’on reste en dessous de la concentration de 450 ppm de dioxyde de carbone si l’on veut avoir une chance sur deux de l’atteindre. En effet, la concentration actuelle ne permet plus d’envisager une probabilité supérieure à deux chances sur trois. A la vitesse actuelle de progression, la concentration de 450 ppm de CO2 sera en vue vers 2030.

Pire encore: la hausse de la concentration atmosphérique du CO2 possède une inertie très forte. Même si l’humanité parvient à inverser la courbe de ses émissions de gaz carbonique, principalement dues à l’utilisation d’énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz), cette concentration continuera ensuite à croître encore. Sa croissance ne s’arrêtera que lorsque les émissions dues à l’homme deviendront inférieures à la quantité de CO2 que pompent les océans et les écosystèmes terrestres. Ce qui nécessite au moins une division par deux de nos émissions actuelles. Les plans « climat » actuels ne prévoit pas cette « neutralité carbone » avant la deuxième partie du XXIème siècle.

6 réflexions au sujet de « Nouveaux records de concentration de CO2: la barre des 410 ppm franchie à Mauna Loa »

  1. Ping : Nouveaux records de concentration de CO2: la barre des 410 ppm franchie à Mauna Loa – Enjeux énergies et environnement

  2. Ping : Nouveaux records de concentration de CO2: la barre des 410 ppm franchie à Mauna Loa | Dr P étrole & Mr Carbone – Enjeux énergies et environnement

  3. On nous bassine avec les accords de Paris et le mechant Donald Trump qui nous oblige a acheter des SUV.

    Pourquoi n’insiste t’on pas plus sur la courbe des donnees brutes plutot que sur celle des bonnes intentions. Pourquoi ne commente t’ on pas plus avant la pente de cette courbe qui semble avoir une composante non lineaire voire meme exponentielle.

    Il faut clairement et vite arreter les emissions fossiles, notamment en refusant toute forme d’ activite professionnelle liee de pres ou de loin a l’ utilisation, la production ou la gestion des energies fossile, quitte a vivre un temps en parasite social.

    Mais il faut aussi poser la question de la demographie et de la destruction des reservoirs de carbone terrestres qui va avec.

    A t’on une estimation realiste de l’ effet de notre agriculture, de la destruction des sols et des emissions de carbone emise;

    Le budget carbone estime (surestime a mon avis) pour deux degres serait de 565 gt, et la quantite de carbone contenu dans les reserves totale fossile de 2795 GT, or la quantite de carbone du sol, tres endommage par les pratiques humaines agricoles et sylvicole, aujourd hui omnipresente, est de 1500 GT .. et il y’ a d’ autres reservoirs (marins etc).

    On arrivera donc nulle part si on ne combat pas aussi l’ agriculture industrielle et la destruction des biotopes, et ceci de facon aggressive, aussi aggressive que les capitalistes qui financent et soudoient les etats pour qu’ils assurent partout la securite de leur activite par la violence, y compris en France, pays ou 13 % du corps electoral font maintenant la loi.

    Sinon ce sera le chaos et l’ effonrement qui fera des milliards de victimes.

  4. Ping : Réchauffement: la puissance du méthane revue à la hausse | Dr Pétrole & Mr Carbone

  5. Ping : Pourquoi la violence de l’ouragan Irma est liée à la fièvre planétaire | Dr Pétrole & Mr Carbone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *